Mélanie CLEMENT au pied du podium…

Journée en demi-teinte pour Mélanie CLEMENT (- 48 kg) ce jeudi 26 avril 2018 dans le cadre des championnats d’Europe seniors (Tel-Aviv). La sociétaire de Marnaval-Saint-Dizier (52) doit se contenter, à l’issue d’une compétition en dent de scie, d’une cinquième place. Faut-il s’en réjouir ?

3d34456bbf822e17027b7c450053e8ba

Mélanie CLEMENT : un parcours européen qui laisse entrevoir de belles pespectives pour l’avenir…

Au premier abord, non. Aucun judoka, aucun sportif, ne rêve de terminer au pied d’un podium. « La pire place » selon certains. Pas de médaille. Frustrant au possible. Rageant même.

Mais à y regarder de plus près, la prestation de notre double championne de France est loin d’être dénuée d’intérêt. Par son engagement tout d’abord, ne rechignant pas à attaquer, tentant, osant, sans complexe aucun. L’envie ensuite, et ça s’est vu face à la Roumaine Alexandra POP, puis sur la Slovène Marusa STANGAR. Des rencontres menées et rythmées de bout en bout, avec maitrise.

La demi-finale face à la russe Irina DOLGOVA s’annonçait rugueuse, les deux adversaires se connaissant bien pour s’être affrontées à trois reprises l’an passé. La Russe, un brin plus attentive en tout début de rencontre, a su saisir une minuscule faille, surprenant notre champenoise sur un balayage dans le temps. Restait à Mélanie à recoller au score, soit trois minutes trente pour marquer. Mais ses nombreuses tentatives resteront vaines.

Ultime chance d’accrocher une médaille continentale individuelle à son palmarès, la place de troisième, qui la confrontait à l’Ukrainienne Maryna CHERNIAK. Un combat à portée, mais qu’il fallait jouer serré. Sur une attaque en uchi-mata, Mélanie se fera contrer. Une fois de plus obligée de courir après le score, elle n’aura d’autre solution, dans un sursaut d’orgueil aussi, que de se « jeter » sur son adversaire pour placer un mouvement et faire tomber. Mais l’Ukrainienne n’attendait que ça pour la cueillir, et marquer le ippon de la victoire.

Au delà de cette défaite, et de la déception – fort logique – qui en découle, il est bon de s’interroger sur l’aspect positif de cette prestation. N’oublions pas que Mélanie, institutrice de formation et de métier, profite cette année d’un détachement de l’Education Nationale sur l’I.N.S.E.P., afin de s’entrainer intensivement. Son statut lui permet, à cette occasion, de s’occuper de jeunes en difficulté scolaire, et de leur apporter une aide bien précieuse. Sa sélection européenne, elle la doit avant tout à son travail sur le tapis, sa pugnacité, et à sa volonté de réussir. A son talent surtout. « Je me suis engagée, j’ai tenté, mais ça n’a pas forcément fonctionné », livrera-t-elle au micro de l’Esprit du Judo à l’issue de sa compétition. « Mais ce n’est pas encore suffisant pour passer… ».

Peut-être. Mais faire cinquième d’un championnat d’Europe n’est pas donné à tout athlète. Certain(e)s donneraient cher pour être à sa place. « Surtout, c’est une fille qui évolue », analyse son entraineur, Francis CLERGET. « On voit qu’elle a franchi un palier. Ce n’est que la deuxième année qu’elle est présente à ce niveau. Elle engrange encore de l’expérience. Sur ces championnats, son positionnement et ses appuis n’étaient pas bons. Du coup, elle n’a pas réussi à exploiter ses qualités techniques. Il lui reste encore du travail et elle dispose d’une belle marge de progression. Il lui faut encore franchir un cap pour espérer se rapprocher des têtes de série dans sa catégorie ».

A elle désormais de mettre les bouchées doubles, et de ne rien lâcher – travail et persévérance finissent toujours par payer…

Un grand bravo en tout cas à Mélanie pour cette belle cinquième place européenne !!!

Ci-contre les tableaux : Championnats-d’Europe-2018