Le collectif avant tout !

25 équipes cadet(te)s & 18 équipes juniors se sont retrouvées au dojo de la Noue à Saint-Dizier (52) ces samedi 10 et dimanche 11 novembre 2018, afin de disputer le championnat régional, qualificatif pour l’échelon national. Afin d’établir la hiérarchie, les combats ont été particulièrement disputés et intenses, tant chez les filles que chez les garçons, offrant de belles séquences sur les deux catégories d’âge…

_dsc2640

Une compétition de rang à Marnaval pour nos équipes cadet(te)s et juniors !

Le samedi, réservé aux équipes cadet(te)s, a tenu toutes ses promesses, tant par le nombre d’engagées (9 chez les filles et 16 chez les garçons), que par la qualité des rencontres. Sur le tapis, des formations ambitieuses, et des jeunes volontaires, déterminés, désireux de donner le meilleur pour leur groupe. Bien que sport « individuel », le judo, qui se pratique aussi en « équipes », livre souvent de bien précieux enseignements en matière de coaching. « Tous pour un, un pour tous ! ». La formule est archi connue. Mais la mettre en œuvre relève, pour les coachs et autres entraineurs, d’une véritable alchimie, d’un savant dosage entre caractères, égos et motivations. Bref, pour que la mayonnaise prenne, un bon coach se doit d’abord être un bon pédagogue, posséder un sens aigu de la communication et user d’arguments convaincants pour tirer son groupe vers le haut. Simple à dire.

_dsc3009

Jérôme GANZI, l’entraineur de Thionville : « Les filles voulaient finir sur une bonne note… ».

Chez les filles, l’absence des tenantes du titre, l’A.J. 54, mais aussi du Sporting Marnaval, vice-championne l’an passé et championne en 2016, a fait les affaires d’une prometteuse formation de Thionville (Mathilde CHEVALIER, Amélie PADOANELLO, Noémie KREMER, Dorine ALBUQUERQUE et Christelle LAURENT). Victorieuses de leur poule sur Saverne et Châlons-en-Champagne, les Lorraines remportent ensuite leur ¼ par 3 à 2 sur Reims, leur ½ sur le même score face à une solide formation de Pont-à-Mousson, puis la finale, toujours par 3 à 2, sur une bien belle équipe de Neufchâteau. « Gagner ici était l’objectif pour nos filles ! », prévient Jérôme GANZI, l’entraineur de Thionville : « On est une grosse équipe, même si on n’était pas au complet, avec des combattantes qui sont au top national. La différence s’est faite sur l’engagement des filles. Le souhait aussi de vouloir rattraper l’erreur des garçons, qui ne terminent que 5ièmes, et de finir sur une bonne note. Ces filles-là s’entrainent toutes en Pôles, elles se connaissent et forment un beau collectif. Même si elles sont encore un peu jeunes, on vise quand même le « top 5 » au niveau national… ».

_dsc3302

Corentin MAIRE apporte le point de la victoire aux Altkirchois sur un seoi-nage éclair…

Chez les garçons, on attendait une belle prestation de Neuves Maisons, victorieux l’an dernier, mais aussi des A.M. Colmar, vice-champions 2017 et beaux vainqueurs du bassin alsacien il y a tout juste une semaine. Mais c’était sans compter sur une ambitieuse formation de l’A.J. 54, et le projet fou d’une sacrée bande de copains d’Altkirch. En tableau, les alsaciens (Mathis BORLET, Eli BASCHUNG, Corentin MAIRE, Landry BERNHEIM, Liam GILG, Nathan DUSEHU, Arnaud SOMMEREISEN et Romain WERTH) réalisent un carton face à Châlons-en-Champagne, Neufchâteau et Thionville en demie, par 5 à 0, ne cédant qu’un seul point, en finale, face à l’A.J. 54. « Cet objectif-là, ce sont les jeunes eux-mêmes qui se le sont fixé ! », tient à préciser Philippe WERTH, le président du Dojo Altkirch. « Ils se sont eux-mêmes occupés de la gestion, de la coordination. Entre eux, ils se parlent et échangent beaucoup. Surtout, ils ont géré les régimes par rapport à des stratégies qu’ils ont communiqué à leur entraineur. Ils étaient surtout déçus de leur prestation de la semaine passée, où ils n’ont terminé que deuxièmes derrière les A.M. Colmar. Là, ils se sont reconcentrés. Il a eu des changements, des régimes pour réajuster l’équipe, et ils ont fait de gros efforts. Ce collectif, c’est avant tout une bande de camarades qui se côtoient depuis très longtemps, qui évoluent ensemble sur le tapis ou qui se fréquentent en classe. C’est surtout le fruit de la formation de Frédéric BADEL, que je tiens à féliciter tout particulièrement, ainsi que celle de Pfastatt pour Landry et celle de Masevaux pour Arnaud. La formation dans ces clubs-là est une belle réussite, avec des enseignants très impliqués. Et ça paye aujourd’hui ! ».

_dsc3310

Le président du Dojo Altkirch, Philippe WERTH (debout), félicite son entraineur Frédéric BADEL…

Le dimanche concernait les équipes juniors, au nombre de 18 (5 chez les filles et 13 chez les garçons). En ce jour de commémorations du centenaire de l’armistice (14-18), l’on pouvait s’attendre à une véritable guerre de tranchées entre formations solidement armées et préparées. Il n’en fût rien, le principal mot d’ordre des différentes équipes étant… l’offensive ! Et à ce jeu-là, les filles de l’A.J. 54 ont sorti l’artillerie lourde (Lisa ATAMANIUK, Charlène QUILGHINI, Chloé MUNIER, Clara WENTZLER, Lauriane DUPONT et Charline DICESARE), disposant de munitions certaines. Elles l’emportent face aux A.M. Colmar, au Sporting Marnaval, aux A.M.Pays de Mossig et Neufchâteau par 4 victoires à 1 à chaque fois. Une belle constante, et un objectif clairement défini. « Battre Marnaval », souligne leur coach David BERNOY. « Ils avaient aussi une très belle équipe. Malheureusement, il leur manquait une fille. Ça aurait pu être beaucoup plus serré, il faut le reconnaitre. Mais la victoire était notre objectif, car si on veut performer aux France, il faut d’abord battre des équipes de la carrure et de la prestance de Marnaval. Notre avantage, c’est que nous avons un groupe de copines qui s’entrainent en Pôle ensemble, il y a une bonne ambiance. C’est un groupe jeune, mais qui a envie, et c’est sûrement ça qui a fait la différence. Elles savaient où elles voulaient aller, et sont capables de se mobiliser même si l’une d’entre elles perd. Mais aujourd’hui, même sur les remplaçantes, aucune n’a perdu, et c’est très bon signe. Le groupe est homogène. Aux France, notre objectif sera de figurer dans les sept. Après, on sait que c’est compliqué avec les grosses écuries. Mais tout dépendra du tirage au sort… ».

_dsc3742

Pour l’entraineur de l’A.J. 54, David BERNOY , « si on veut performer aux France, il faut battre ici des équipes de la carrure et de la prestance de Marnaval… ».

Côté masculin, on attendait les lions de l’A.C.S. Peugeot-Citroën Mulhouse, vainqueurs des deux précédentes éditions (2016 et 2017). Ces derniers sortiront de poule, mais seront écartés en ¼ par une redoutable formation de Marnaval (2 à 3), qui elle-même se fera surprendre en ½ par une solide équipe de l’A.J. 54 (2 à 3). Dans l’autre ½, Sarrebourg, vice-champion 2017 et solide prétendant au titre, finira par s’incliner d’une courte tête devant le Ban Saint Martin (3 à 2). La finale entre Mosellans et Meurthe et Mosellans s’annonçait de toute beauté. Mais l’A.J. 54, privée de deux combattants, ne pourra rivaliser face à une équipe du Ban complète (Jean PETITEAU, Mathieu REMY, Charles HECTOR, Sébastien ISARNO, Bachir BELKAID et Nicolas HUBER), et s’incline par 4 à 1.

_dsc3813

« Ils ont été plus malins ! », souligne Erwin PAWLAK, le coach du Ban Saint Martin.

« Nous espérions l’emporter », confirme leur coach Erwin PAWLAK : « On s’était préparé sur Dijon où l’on termine deuxièmes. On a eu un petit coup dur ici, car on a un moins de 81 kg qui n’a pas pu intégrer l’équipe avec le nouveau règlement concernant la double appartenance. Mais il a été remplacé par Sébastien ISARNO, qui fait mieux que simple remplaçant en nous apportant le point décisif en demi-finale ! Tout le monde s’entraine dur pour y arriver. Aujourd’hui, nos gars ont peut-être été plus tacticiens. Sur certains combats ça se joue à peu de choses, ils ont simplement été plus malins ! Aux France, on espère déjà sortir de poule, le tirage au sort va être important. Mais on aimerait bien viser un quart ou une demi-finale, pourquoi pas… ».

_dsc2684

Bernard BOUVRET, le président du club du Sporting Marnaval, ravi du week-end !

Tout le week-end, on l’a vu arpenter la salle en long et en large, discutant et échangeant avec nombre d’acteurs de l’évènement, athlètes, entraîneurs ou corps arbitral, s’enquérant de tout et de rien, et surtout de savoir si tout va bien. Lui, c’est Bernard BOUVRET, le président du club organisateur, ravi du déroulé de la manifestation. « Sur ces deux jours, j’attendais surtout que tout se passe très bien ! », reconnait-il, tout sourire, visiblement satisfait d’avoir rempli la mission de son club. « On a assisté à de très beaux combats, de bonnes tenues, tout s’est parfaitement bien déroulé et j’en suis très content. L’équipe de Ligue sait faire. Ensuite, au niveau de l’organisation, nos bénévoles sont déjà bien rodés. Ce qui fait la force de notre club en pareilles circonstances est de pouvoir se mobiliser sur de grosses manifestations comme ce week-end, ou notre tournoi international, et de pouvoir compter sur un bon groupe de bénévoles, essentiellement composé de parents d’élèves ou d’anciens, présents de longue date. Cette compétition constitue une belle vitrine, pour nous et pour la Ville de Saint-Dizier, qui nous le rend bien en nous mettant à disposition le gymnase ! C’est une belle réussite en tout cas ! ».

_dsc3125

Sébastien GIRARDEY peut garde le sourire, avec des équipes qui réalisent de belles prestations et une organisation au top !

Une réussite saluée également par Sébastien GIRARDEY, notre conseiller technique régional. « Le déroulé de la manifestation était vraiment à la hauteur d’un championnat régional ! », analyse-t-il avec satisfaction. « Que ce soit au niveau de la tenue de la compétition, de la tenue des arbitres, des officiels et des coaches, il y avait une belle ambiance de fair-play et un bon état d’esprit. Le protocole du bloc final avait de l’allure aussi, avec un cérémonial de présentation des équipes. Notre région est grande, et il me semble important de mettre cela en place. De même que la cérémonie des récompenses, orchestrée par le Président de Ligue. C’est une très bonne chose, mettant en valeur équipes et athlètes. L’organisation, avec le club support de Marnaval qui, comme d’habitude, a très bien joué le jeu, était largement à la hauteur des attentes. Sur le plan sportif, on a vraiment pu voir de belles choses sur ce week-end. Déjà sur le nombre, avec 25 équipes chez les cadet(te)s et 18 chez les juniors, c’était plutôt intéressant. Les rencontres ont livré un beau suspense, et la victoire du Ban-Saint-Martin constitue une réelle surprise ! Surtout, on a vu des combats très accrochés, avec des jeunes qui sont dans nos structures et qui se connaissent ». Et de conclure, « au niveau national, on a des équipes qui peuvent faire des tours. Il est clair que le nouveau règlement sur la double appartenance ne nous facilite pas la vie en province. Nos meilleurs éléments sont très performants, font des médailles, mais ne peuvent pas intégrer une équipe au sein de la Ligue. C’est dommage, car on aurait de quoi constituer une redoutable formation chez les cadets, capable de viser un podium. Quoi qu’il en soit, en équipes, si tu te sors les tripes, tout est possible ! Il faut juste crânement tenter sa chance… ». Prochain RDV pour les formations qualifiées (podiums de chaque catégorie), les 1er & 2 décembre pour le championnat de France au Grand Dôme de Villebon-sur-Yvette.

_dsc3423

Mélanie CLEMENT, notre internationale locale en – de 48 kg, vient de signer un beau contrat… Et peut s’accorder un peu de répit avant les prochaines échéances européennes…

A noter la présence, sur les deux jours, de notre internationale Mélanie CLEMENT, qui s’est volontiers prêtée au jeu des remises de récompenses et signatures d’autographes. L’occasion pour elle de signer une convention « Tokyo 2020 », en partenariat avec son club du Sporting Marnaval et l’agglomération de Saint-Dizier, en vue de financer ses deux prochaines années de préparation pour une qualification olympique (l’occasion également d’un petit entretien : Objectif « Tokyo 2020 » pour Mélanie CLEMENT).

Un grand merci au club de Marnaval, au président et à toute son équipe, au Comité de Haute-Marne également, pour leur accueil très familial, leur efficacité, et la réussite de cette belle manifestation sportive !

Classements finaux :

  • Equipes cadettes : 1. Thionville 2. Neufchâteau Chatenois 3. J.S.C. Mussipontain 3. Judo Reims Métropole 5. Saverne 6. A.M. Colmar
  • Equipes cadets : 1. Dojo Altkirch 2. A.J. 54 3. Sporting Marnaval 3. Vosges Judo 5. Thionville 5. A.M. Colmar 7. Neuves Maisons 7. ASPTT Châlons-en-Champagne
  • Equipes juniors filles : 1. A.J. 54 2. Sporting Marnaval 3. A.M Colmar 4. Neufchâteau 5. A.M. Pays de la Mossig
  • Equipes juniors garçons : 1. Ban Saint Martin 2. A.J. 54 3. Sarrebourg 3. Sporting Marnaval 5. A.M. Colmar 5. A.C.S. Peugeot-Citroën Mulhouse 7. Verny 7. Vosges Judo

Ci-contre le lien vers les poules et tableaux, ainsi que les images des podiums : Résultats.

Albums photos sur Facebook.